Actualités Jean-Marie Villégier
Actualités

Jean-Marie Villégier

19/02/2024
© Antoine Girard

Né à Orléans, le 4 juillet 1937, le metteur en scène français s’est éteint à Brest, le 23 janvier 2024. 

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie et passionné de littérature du XVIIe siècle (mais aussi de Flaubert !), Jean-Marie Villégier se tourne, après un début de carrière universitaire, vers l’art dramatique, suite à sa rencontre avec Marcel Bozonnet. En 1985, il fonde sa propre compagnie, L’Illustre Théâtre, en hommage à Molière, et explore les grands noms du théâtre classique (Corneille, Racine…), tout autant que des auteurs de l’âge baroque peu connus (Garnier, Rotrou, Mairet). Mais c’est avec l’opéra – genre approché grâce à ses fonctions au Centre de dramaturgie de l’Opéra de Paris, de 1973 à 1981 – qu’il accède à une vraie notoriété.

Après La Cenerentola, en 1983, à la Monnaie de Bruxelles, puis L’incoronazione di Poppea, deux ans plus tard, à Nancy et à Metz, la consécration arrive avec Atys : coproduite par l’Opéra National de Paris, le Teatro Comunale de Florence et l’Opéra de Montpellier, à l’occasion du tricentenaire de la mort de Lully, la mise en scène, créée au Teatro Metastasio de Prato, le 20 décembre 1986, arrive à l’Opéra-Comique, le 16 janvier 1987, puis est jouée à Caen, en février, et à Montpellier, en mars. Le public, ébahi, découvre une « tragédie lyrique » d’une puissance émotionnelle inouïe, par la grâce d’un spectacle total.

Celui-ci est le fruit d’une étroite collaboration entre ses trois têtes pensantes : Jean-Marie Villégier, le chef et musicologue William Christie, à la tête de son ensemble Les Arts Florissants, et la chorégraphe Francine Lancelot, avec sa compagnie Ris et Danceries. Mais on ne saurait passer sous silence, dans cette réussite exemplaire, les fastueux costumes de Patrice Cauchetier et l’imposant décor de Carlo Tommasi. Cet Atys constitue un jalon essentiel dans la redécouverte du répertoire baroque français, fixant également des canons interprétatifs, sans pour autant prétendre à la reconstitution – car monté avec un décor unique et sans machines, comme son concepteur aimait à le répéter.

Nommé à la tête du Théâtre National de Strasbourg, en novembre 1990 (il y restera jusqu’en décembre 1993), Jean-Marie Villégier partage, désormais, son activité entre théâtre parlé et opéra. Avec William Christie, la fructueuse collaboration se poursuit : Médée de Charpentier (Opéra-Comique, 1993), Hippolyte et Aricie de Rameau (Opéra National de Paris, 1996), Rodelinda de Haendel (Festival de Glyndebourne, 1998). Sans oublier Le Malade imaginaire de Molière & Charpentier (Théâtre du Châtelet, 1990), Les Métamorphoses de Psyché de Lully (Opéra-Comique, 1999) et L’Amour médecin, couplé avec Le Sicilien ou l’Amour peintre, de Molière & Lully (Comédie-Française, 2005).

Avec d’autres chefs, Jean-Marie Villégier met en scène Béatrice et Bénédict (Opéra de Lausanne, 2002) et Jephtha de Haendel (Opéra National du Rhin, 2010). Ses adieux à l’art lyrique ont lieu, en mai 2011, à l’occasion d’une reprise du légendaire Atys, à l’Opéra-Comique, grâce à la générosité d’un richissime mécène américain, souhaitant faire remonter « à l’identique » le spectacle.

Cet exquis homme de culture ne dédaignait pas de monter, lui-même, sur scène (un mémorable Orgon, dans Le Tartuffe, en 1999) ou de faire des lectures publiques de textes baroques, qu’il savait moduler comme personne de sa voix admirable.

THIERRY GUYENNE

Pour aller plus loin dans la lecture

Actualités Seiji Ozawa (1935-2024)

Seiji Ozawa (1935-2024)

Actualités La Vénus noire n'est plus

La Vénus noire n'est plus

Actualités Virginia Zeani 1925-2023

Virginia Zeani 1925-2023